VOTE | 79 fans

Article Salon.com

Article publié par Peter Coyote concernant la Présidentielle 2012.

The Progressive Case for Obama.

Matt Stoller’s provocative piece “The Progressive Case Against Obama” is a passionate, well-reasoned argument as to why “progressives,” even in swing states, should refuse to vote for President Obama. While I do not have Stoller’s political bona fides, I, like him, have spent a lifetime in “radical” and progressive politics, and served for eight years under Jerry Brown when he was governor of California — in other words, I possess some real-world political experience. I also have about 40 years of age on Stoller, and would like to offer the value of that perspective in refuting what I believe to be several distortions in this piece, which, if taken literally, could conceivably throw the election to Mitt Romney with more disastrous consequences than Stoller may have considered.

Stoller argues, and for the record, I agree, that under President Obama’s administration economic inequity in America has grown to staggering proportions. He holds Obama personally responsible for turning down a deal from Hank Paulson where, in return for rapid distribution of the second round of TARP funds, Paulson would press the banks to write down mortgages and save millions of foreclosures. According to Rep. Barney Frank and Stoller, the president nixed this deal, saved the banks and screwed homeowners. This is a damning charge, and I’m embarrassed to say that I believe it is true. It is one among a number of charges against the president that discourage and offend me: his reversal of single-payer healthcare, extra-judicial killings; the extension of imperial presidential powers and extensions of needless secrecy and attacks against whistle-blowers, the reliance on predator drones and death lists, to name a few.

Stoller presses us to consider President Obama responsible for all the above, and demands that we ask, “What kind of America has he [President Obama] actually delivered,” and this is where his argument begins to get wonky.

The drive toward corporate dominance of our political life (literal Fascism) began in earnest after Barry Goldwater’s defeat in 1964 when the U.S. Chamber of Commerce hired soon-to-be Supreme Court Justice Lewis Powell to write a white paper on threats to the American way of life. Justice Powell identified two dominant enemies — consumer activists (particularly Ralph Nader) and environmentalists — as sources of major concern for the future. His report went on to create the blueprint of think tanks, publishing houses, social strategies and media assault that right-wing millionaires and billionaires, like the Coors, the Kochs and others, have generously funded for more than 40 years, transforming the American political vocabulary and framing of ideas about government and freedom in the process.

In so doing, their concentrated wealth and leverage of the media have conscripted presidents of both parties, and the entire Congress, as a concierge for their interests. If Ronald Reagan had not snipped the words “fair and balanced” from FCC-enabling legislation we would not have hate radio and Fox News today. If President Clinton had not overseen the demise of Glass-Steagall we would not have witnessed the rampant Wall Street speculation, fraud and collapse of our financial system that President Obama inherited. If Clinton had not signed the Telecommunications Act, delivering the public’s airwaves to a few major corporations, or GATT/NAFTA, bankrupting millions of Mexican farmers (no standing on our street corners seeking work) and shipping jobs to the Third World, we would be inhabiting a very different America today, one with a far more open and less biased public discourse.

I mention this, because there is an unsettling “personal” quality to Stoller’s assault on the president; an imbalanced, somewhat adolescent tenor to his outrage at the fact that the president could have once used illegal drugs but is currently the titular head of the War on Drugs. By making him single-handedly responsible for having “delivered” all current afflictions to America, Stoller simultaneously demonizes the president and makes him more powerful than virtually any figure in our political history.

President Obama was not the architect of these policies. He may be the tip of the iceberg, which we can identify dead ahead of our Ship of State, but capital and its minions have been working carefully and closely behind the scenes for decades, disenfranchising workers, voters, women and minorities. Like frogs resting comfortably in gradually heating water, we are just now apparently noticing how close to boiling our environment is. While Democrats have concentrated on a plethora of issues, the corporatists have worked unremittingly to gain power over the entire financial sector of the Nation.

It is impossible to imagine any candidate running for office that did not have the imprimatur of the American corporate sector. They own the 18 inches of counter and the cash register. They fan out their products as if they were all available for consumer choice –. and they are. Would you prefer a cool, slender, brilliant black attorney who looks like he stepped out of a Colors of Benetton ad or a strong-jawed white man who reminds us of the “good old ’50s” when white people could do whatever the hell they wanted? A Bible-thumping Baptist? They’ve got them all, and we mistake our “freedom” to choose among them as liberty. The media colludes with the candidates in repeating their narratives and faux populist roles until the entire spectacle of elections appears indistinguishable from a reality show.

Despite raising unprecedented amounts of money from “the little people,” 60 percent of Obama’s first presidential campaign was funded by big donors. He was Wall Street’s darling, and his payback to them was junking his campaign financial advisers and putting Timothy Geithner in charge to ensure that Wall Street’s interests were met. Is this surprising? This is how the politics of capital works. This is why the Commission on Presidential Debates forced the League of Women Voters out of managing the debates so that they could control the narrative and exclude third-party candidates. Did Mr. Stoller actually ever assume that a single man would be able to rein in the military-industrial complex and Wall Street? That would have been delusional, and whatever the president’s real strategies may have been, he was not helped by the defection of most of his supporters, who after the election returned to the Internet and blogging, while public spaces became colonized by Tea Party wing-nuts.

Mr. Obama is an astute student of power and he navigates his presidency between its shoals. He does what he can at the margins, and perhaps as a young father with children, he might be forgiven nervousness at the many unveiled threats leveled against him:  audience members showing up at his speeches carrying arms; unvetted guests slipping through White House security to get close enough for a handshake. These are rough games, and who can fault a family man for wanting to stay alive?

However, Stoller suggests a Machiavellian, hidden subterfuge to Obama’s ascendancy, as if he assumes that (just like a Colors of Benetton ad) race were confused with liberal politics. He cites as evidence of Obama’s conservative agenda, Mr. Obama’s early control of the House and Senate, but never analyzes that control closely. Obama was plagued with a razor-thin majority and the threatened defection of mutinous Blue-Dog democrats. He had no hope of passing a number of key legislative programs that might have kept his promises and still had clearly before him President Clinton’s own healthcare debacle as a reminder against acting rashly. Singling him out as the evil genius who has  single-handedly produced the alarming state of 21st century America is a reductionism that is not helpful and certainly takes voters and others off the hook.

The Gordian knot of our current corrupt political system is money! Public financing of elections; free airtime for qualified candidates; disenfranchising corporations from spending their treasure to influence public policy are three steps that could radically transform the American political landscape. People understand them. They are not abstract and could be the basis for real radical organizing. It is how European elections are run, over a two- to three-month period, where people are not bludgeoned into catatonia by trivia and the opinions of pundits discussing everything but the issues. Candidates can be seen on every channel, in open, unstructured debates, and people get a fair chance to make up their minds between a host of philosophies and attitudes that make America’s two-party system look like a fixed three-card monte game.

“The best moment for change is actually a crisis.” Stoller’s assertion sounds good, but is it true? In my youth, young radicals refused Hubert Humphrey’s compromised liberalism and wound up with Vietnam scarring the nation for the next decade. We made the perfect the enemy of the good. The real crises upon us are global warming and extreme environmental degradation and the implications are profound and life-threatening. It should be clear to most observers that the conflict between individual self-interest and the commons is leading directly to our mutual destruction. As long as millions of people “work” in industries like coal, nuclear, petroleum and hydrocarbons, their self-interest at maintaining employment works directly against solutions for the good of the race. If the nation needs to take drastic action to save the planet, we will have to consider how we will distribute national wealth when “jobs” have to be sacrificed. That is an idea that no candidate has had the courage to address and neither have any on the left, to my knowledge. What paucity of spirit concludes that begging for a job is a form of dignity, without considering what circumstances have left men and women so bereft of common wealth that they have nothing but their labor to offer?

No one will lay down and die (or abandon their families) for an abstact goal. But unless we can guarantee livelihood to the millions who are currently engaged in destructive planetary practices, we are out of luck. Exacerbating that dilemma by provoking a political crisis is a guarantee of wasting another 10 years while reactionary forces and stopgap measures take short-term dominance over common sense and common need. Doing it in a country awash with guns, anxiety, fears or rapid social change is a recipe to re-create the streets of Syria and Lebanon at home.

Many of Obama’s constitutional violations that disturb Stoller and myself are barely known and understood by the general populace. It will take decades of education to build understanding of their importance and constituencies for them. However, education, carbon, global warming, nuclear issues, the rights of women, immigrants, minorities, etc., are immediate and pressing. In triage terms, an Obama presidency will allow time to work on these issues without sentencing another decade to the negative consequences of panic, despair and chaos.

I applaud Stoller’s concerns and his passion, but I think he underestimates how long political change actually takes. I certainly did as a young man, when I was calling for revolution and stockpiling weapons. My father was a wealthy man in the ’50s and early ’60s, a big-time Wall Street broker. His  last words to me in 1970, when he was visiting the commune I lived on, remain prophetic and true. “You think America’s going down in five years, son; it’ll take 50 and you better be prepared to hang in for the long haul. There are huge historical forces at work, and the sons of bitches running things will do whatever they can to make sure they get theirs out of it before they die.”

A simple walk through any European streets will reveal plaques on the walls commemorating where neighbors were dragged from their homes and shot by partisans, by fascists, by communists, by falangists. True social upheaval is horrifying, it is being danced before our eyes on TV and in print every day. While in the abstract it may “cleanse” the political body or other comforting nostrums, for the dead, the wounded, the maimed and the millions who continue to suffer, those are the slogans of a removed, detached leadership. It is obvious that Stoller considers himself among them. “We need to put ourselves into the position of being able to run the government,” he says with no apparent irony, as if he and his friends were obviously “good” people and if the world were left in their hands, only good would come of it.

As a Zen Buddhist priest in my seventh decade, I know better. I know that  each of us carries within us the capacity of all humanity for positive and negative behavior; we can be Hitler or Mother Teresa. We leak anger, jealousy, competitiveness on a daily basis and if we are not careful and do not monitor ourselves, our best intentions become murderous to others. (Think Iraq, Afghanistan, Nicaragua, El Salvador, the Dominican Republic, Panama, Grenada, Vietnam.) Were the millions upon millions of deaths we caused in those places done only by “bad” people or a mistake? That’s a delusion.

I would suggest that the lesser of two evils is “less evil.” Sometimes in the real, impure world the bad man and the good are indivisible and morph from one to the other. It makes fixed judgments difficult. You take what you can get, and you organize to protect yourself. To deliberately create a political crisis as an organizing tool sounds remarkably like the old Marxist saw of “heightening the contradiction.” Been there, done that. It’s tough being human. Picking one’s way through reality moment by moment requires delicacy and finesse. Instead of preparing to ‘rule,’ I would be interested in learning more about Stoller’s desires to “serve.”  In the meantime, I can only cling to the hope that his advice to vote against the president in swing states is not widely observed.

Par Peter Coyote

Source

Ecrit par Misty 

Traduction

Article publié par Peter Coyote concernant la Présidentielle 2012.

L'affaire progressiste sur Obama

Le provoquant article "L'affaire progressiste contre Obama" ("The Progressive Case Against Obama") de Matt Stoller est un passionnant et bien raisonné argumentaire pour expliquer pourquoi "les progressistes", même dans les Etats variables, devrait refuser de voter pour Obama. Bien que je n'ai pas la même authenticité politique de Stoller, j'ai, comme lui, passé toute une vie dans des politiques radicales et progressistes et j'ai servi pendant 8 ans sous les ordres de Jerry Brown quand il était gouverneur de la Californie – autrement dit, je possède une certaine expérience du monde réel politisé. J'ai aussi environ 40 ans de plus que Stoller, et je voudrais offrir la valeur de cette perspective en réfutant ce que je crois être plusieurs distorsions dans cet article, qui, s'il est pris littéralement, pourrait faciliter l'élection de Mitt Rowney avec des conséquences désastreuses que Stoller n'a pas envisagées.

Stoller argumente, et sur le papier, je suis d'accord, qu'avec l'administration de la présidence d'Obama, l'iniquité économique en Amérique s'est développée dans des proportions stupéfiantes. Il tient Obama personnellement responsable d'avoir refusé un accord provenant de Hank Paulson dans lequel en échange de la distribution rapide de la deuxième étape des fonds TARP, Paulson appuierait les banques pour annuler des prêts hypothécaires et économiser des millions de saisies. Selon le représentant de Barney Frank et Stoller, le président a refusé cet accord, sauvé les banques et arnaqué les propriétaires. C'est une accusation qui le condamne, et je suis embarrassé de dire que je crois que c'est vrai. C'est l'une des nombreuses accusations contre le président qui me découragent et m'offensent: son changement du système de santé Single-Payer Healthcare, des exécutions extra-judiciaires ordonnées; l'extension des pouvoirs présidentiels impériaux et l'essor des secrets inutiles et les attaques contre les dénonciateurs, la dépendance aux drones prédateurs et les listes de moralité, pour n'en citer que quelques-uns.

Stoller nous pousse à considérer le Président Obama comme responsable de tout ce qui précède, et exige que nous nous demandions : "Quel genre d'Amérique a-t-il en fait créé ?", et c'est là où son argument commence à être bancal.

La tendance vers la domination des entreprises dans notre vie politique (littéralement le fascisme) a sérieusement débuté après la défaite de Barry Goldwater en 1964 quand la chambre du commerce US a engagé celui qui allait être Juge à la Cour Suprême de Justice, Lewis Powell, pour écrire un livre blanc sur les menaces faites au mode de vie américaine. Le juge Powell a identifié deux ennemis dominants – les défenseurs des consommateurs (en particulier Ralph Nader) et les écologistes – comme source de préoccupation majeure pour l'avenir. Son rapport a contribué à créer les prototypes des groupes d'experts, des maisons d'édition, des stratégies sociales et des agressions médiatiques que les millionnaires et les milliardaires de droite, comme les Coors, Les Kochs et d'autres personnes, ont généreusement financés depuis plus de quarante ans, transformant ainsi le vocabulaire politique américain et élaborant des idées à propos du gouvernement et de la liberté.

En faisant ainsi, leur richesse concentrée et l'influence des médias ont recruté les présidents des deux parties et tout le Congrès, pour leurs intérêts. Si Ronald Reagan n'avait pas rejeté les mots «juste et équilibré» de la législation régissant la FCC (Commission Fédérale des Communications), nous n'aurions pas de haine de la radio et de Fox News aujourd'hui. Si le président Clinton n'avait pas surveillé la disparition de Glass-Steagall, nous n'aurions pas été témoins de la spéculation, de la fraude et de l'effondrement de notre système financier qui a été abandonné à ce que le président Obama a hérité. Si Clinton n'avait pas signé la Loi sur les télécommunications, vendant ainsi la diffusion des ondes du public à quelques grandes entreprises, ou GATT / NAFTA, provoquant la faillite de millions d'agriculteurs mexicains et des emplois maritimes au Tiers Monde, nous serions habitants aujourd'hui d'une Amérique très différente, une avec un discours public beaucoup plus ouvert et moins biaisé.

Je le mentionne, car il y a une qualité «personnelle» troublante de l'agression de Stoller contre le président ; un déséquilibre, quelque part entre un ténor adolescent, dans son indignation devant le fait que le président aurait pu une fois consommer de la drogue mais qu'il est actuellement le chef de la guerre contre la drogue. En le rendant seul responsable d'avoir «livré» toutes les catastrophes actuelles à l'Amérique, Stoller diabolise simultanément le président et le rend plus puissant que pratiquement n'importe quelle figure dans notre histoire politique.

Le président Obama n'était pas l'architecte de ces politiques. Il peut être la pointe de l'iceberg, que nous pouvons identifier mort devant notre vaisseau d'Etat, mais le capital et ses minions ont travaillé avec soin et de près dans les coulisses pendant des décennies, privant les travailleurs, les électeurs, les femmes et les minorités. Comme les grenouilles se reposent confortablement en chauffant peu à peu l'eau, nous constatons maintenant à quel point notre environnement est proche de l'ébullition. Tandis que les démocrates se sont concentrés sur une pléthore de questions, les corporatistes ont travaillé sans relâche pour prendre le pouvoir sur l'ensemble du secteur financier de la Nation.

Il est impossible d'imaginer un candidat à un poste qui n'aurait pas l'imprimatur (permission d'imprimer accorder par un supérieur) du secteur des entreprises américaines. Elles possèdent les 18 pouces de compteur et la caisse enregistreuse. Elles diffusent leurs produits comme s'ils étaient tous disponibles pour le consommateur - et ils le sont. Préféreriez-vous un avocat noir brillant et mince qui semble sortir d'une pub de Colors of Benetton ou un homme blanc aux fortes mâchoires qui nous rappelle les «bons vieux 50» quand les Blancs pouvaient faire ce qu'ils avaient voulaient ? Un baptiste de la Bible? Ils les ont tous eu, et nous nous méprenons quand nous considérons que notre "liberté" c'est choisir parmi eux. Les médias complotent avec les candidats en répétant leurs récits et leurs faux rôles populistes jusqu'à ce que le spectacle entier des élections semble indiscernable d'une émission de téléréalité.

En dépit de la levée de fonds sans précédent par «les petites gens», 60% de la première campagne présidentielle d'Obama a été financée par de grands donateurs. Il était le chouchou de Wall Street, et son retour sur investissement était d'embêter ses conseillers financiers de campagne et de placer Timothy Geithner en tant que responsable pour s'assurer que les intérêts de Wall Street étaient satisfaits. Est-ce surprenant? C'est ainsi que fonctionne la politique du capital. C'est pourquoi la Commission des Débats présidentiels a contraint la Ligue des femmes élues à ne plus gérer les débats afin de contrôler le récit et d'exclure les candidats tiers. M. Stoller a-t-il jamais supposé qu'un seul homme serait capable de contrôler le complexe militaro-industriel et Wall Street? Cela aurait été illusoire, et quelles que soient les vraies stratégies du président, il n'a pas été aidé par la défection de la plupart de ses partisans qui, après les élections, sont revenus sur Internet et bloguer, tandis que les espaces publics étaient colonisés par le Tea Party.

Obama est un étudiant perspicace du pouvoir et il navigue à sa présidence entre la foule. Il fait ce qu'il peut à la marge, et peut-être qu'en tant que jeune père avec des enfants, il pourrait être pardonné d'être nerveux face aux nombreuses menaces dévoilées contre lui: des membres du public se présentant à ses discours portant des armes; invités invisibles glissant à travers la sécurité de la Maison Blanche pour se rapprocher assez pour une poignée de main. Ce sont des jeux rudes, et qui peut reprocher à un homme de famille de vouloir rester en vie?

Cependant, Stoller suggère un subterfuge machiavélique et caché à l'ascendant d'Obama, comme s'il supposait que (tout comme une publicité de Colons of Benetton) cela se confondait avec la politique libérale. Il cite comme preuve du programme conservateur d'Obama, le premier contrôle de M. Obama sur la Chambre et le Sénat, mais n'analyse jamais ce contrôle de près. Obama était en proie à une majorité très mince et à la menace de défection des démocrates mutins bleus-chiens. Il n'avait aucun espoir d'adopter un certain nombre de programmes législatifs clés qui auraient pu tenir ses promesses et qui avaient encore clairement devant lui la débâcle des soins de santé du président Clinton comme un rappel contre le fait d'agir de façon imprudente. Le distinguer comme le génie maléfique qui a à lui seul produit l'état alarmant de l'Amérique du 21ème siècle est un réductionnisme qui n'est pas utile et qui prend certainement les électeurs et les autres hors de l'hameçon.

Le nœud gordien de notre système politique corrompu actuel est de l'argent! Financement public des élections, temps d'antenne gratuit pour les candidats qualifiés; Les sociétés privées de leurs droits de dépenser leur trésor pour influencer les politiques publiques sont trois étapes qui pourraient radicalement transformer le paysage politique américain. Les gens les comprennent. Ils ne sont pas abstraits et pourraient être à la base d'une véritable organisation radicale. C'est ainsi que se déroulent les élections européennes, sur une période de deux à trois mois, où les gens ne sont pas matraqués dans la catatonie par des anecdotes et les opinions des experts qui discutent de tout sauf des problèmes. Les candidats peuvent être vus sur tous les canaux, dans des débats ouverts et non structurés, et les gens ont une bonne chance de se décider entre une multitude de philosophies et d'attitudes qui font du système bipartite américain un jeu de trois cartes fixe.

"Le meilleur moment pour changer est en réalité une crise." L'affirmation de Stoller semble bonne, mais est-ce vrai? Dans ma jeunesse, les jeunes radicaux ont refusé le libéralisme compromis de Hubert Humphrey et se sont retrouvés avec le Vietnam marquant la nation pour la prochaine décennie. Nous avons fait du parfait l'ennemi du bien. Les vraies crises pour nous sont le réchauffement de la planète et la dégradation extrême de l'environnement et les implications sont profondes et menacent la vie. Il devrait être clair pour la plupart des observateurs que le conflit entre l'intérêt personnel et les biens communs mène directement à notre destruction mutuelle. Tant que des millions de personnes «travaillent» dans des industries comme le charbon, le nucléaire, le pétrole et les hydrocarbures, leur intérêt personnel à maintenir un emploi va directement à l'encontre des solutions pour le bien de la course. Si la nation a besoin de prendre des mesures drastiques pour sauver la planète, nous devrons réfléchir à la façon dont nous allons distribuer la richesse nationale lorsque des «emplois» doivent être sacrifiés. C'est une idée qu'aucun candidat n'a eu le courage d'adresser et aucune à gauche, à ma connaissance. Quelle pauvreté d'esprit conclut que mendier un emploi est une forme de dignité, sans considérer quelles circonstances ont laissé des hommes et des femmes si dépourvus de richesse commune qu'ils n'ont rien à offrir que leur travail?

Personne ne va se coucher et mourir (ou abandonner leurs familles) pour un but abstrait. Mais à moins de pouvoir garantir des moyens de subsistance aux millions de personnes qui sont actuellement engagées dans des pratiques planétaires destructrices, nous n'avons pas de chance. Exacerber ce dilemme en provoquant une crise politique est une garantie de gaspiller encore pendant 10 ans, tandis que les forces réactionnaires et les mesures provisoires prennent la domination à court terme sur le bon sens et le besoin commun. Le faire dans un pays inondé d'armes à feu, d'anxiété, de peurs ou de changements sociaux rapides est une recette pour recréer les rues de Syrie et du Liban chez soi.

Bon nombre des violations constitutionnelles d'Obama qui dérangent Stoller et moi-même sont à peine connues et comprises par la population en général. Il faudra des décennies d'éducation pour développer la compréhension de leur importance et de leurs circonscriptions pour eux. Cependant, l'éducation, le carbone, le réchauffement de la planète, les questions nucléaires, les droits des femmes, des immigrés, des minorités, etc., sont immédiats et urgents. En termes de triage, une présidence d'Obama laissera le temps de travailler sur ces questions sans condamner une autre décennie aux conséquences négatives de la panique, du désespoir et du chaos.

J'applaudis les préoccupations de Stoller et sa passion, mais je pense qu'il sous-estime la durée du changement politique. Je l'ai certainement fait en tant que jeune homme, quand j'appelais à la révolution et au stockage d'armes. Mon père était un homme riche dans les années 50 et au début des années 60, un grand courtier de Wall Street. Ses dernières paroles en 1970, lorsqu'il visitait la commune où je vivais, restent prophétiques et vraies. "Vous pensez que l'Amérique s'effondrera dans cinq ans, fils, ça va prendre 50 et vous feriez mieux d'être prêt à tenir le coup pour le long terme. Il y a d'énormes forces historiques au travail, et les fils de P**** gèrant les choses feront tout ce qui est en leur pouvoir pour s'assurer qu'ils auront les leurs avant de mourir.

Une simple promenade à travers les rues européennes révèle des plaques sur les murs commémorant où les voisins ont été traînés hors de leurs maisons et fusillés par des partisans, des fascistes, des communistes, des phalangistes. Le vrai bouleversement social est horrifiant, il est dansé devant nos yeux à la télé et imprimé tous les jours. Tandis que dans l'abstrait peut «nettoyer» le corps politique ou d'autres récits réconfortants, pour les morts, les blessés, les mutilés et les millions qui continuent à souffrir, ce sont les slogans d'une direction détachée. Il est évident que Stoller se considère parmi eux. "Nous devons nous mettre dans la position de pouvoir diriger le gouvernement", dit-il sans ironie apparente, comme si lui et ses amis étaient manifestement de "bonnes" personnes et si le monde était entre leurs mains, seul le bien compterait.

En tant que prêtre bouddhiste zen dans ma septième décennie, je sais mieux. Je sais que chacun de nous porte la capacité de toute l'humanité à un comportement positif et négatif; nous pouvons être Hitler ou Mère Teresa. Nous fuyons la colère, la jalousie, la compétitivité au quotidien et si nous ne faisons pas attention et ne nous surveillons pas, nos meilleures intentions deviennent meurtrières pour les autres. (Pensez à l'Irak, à l'Afghanistan, au Nicaragua, au Salvador, à la République Dominicaine, au Panama, à la Grenade, au Vietnam.) Les millions et les millions de morts ont-ils été causés par de «mauvaises» personnes ou une erreur? C'est une illusion.

 Je dirais que le moindre de deux maux est «moins mauvais». Parfois, dans le monde réel et impur, le méchant et le bien sont indivisibles et se transforment de l'un à l'autre. Cela rend les jugements fixes difficiles. Vous prenez ce que vous pouvez obtenir, et vous vous organisez pour vous protéger. Créer délibérément une crise politique en tant qu'outil d'organisation sonne remarquablement bien comme le vieil observateur marxiste a vu «augmenter la contradiction». C'est dur d'être humain. Se frayer un chemin à travers la réalité moment par moment demande de la délicatesse et de la finesse. Au lieu de me préparer à «gouverner», j'aimerais en savoir plus sur les désirs de «servir» de Stoller. Entre-temps, je ne peux qu'espérer que son conseil de voter contre le président dans les États n'est pas largement observé.

Ecrit par Misty 
Ne manque pas...

Découvre la carte de Mary Sibley, sorcière de la série Salem, dans la catégorie Magic de notre collection d'HypnoCards.
En vitrine | Salem (Magic)

Venez départager les calendriers de l'Avent créés par nos membres, les votes sont ouverts jusqu'au 4 novembre !
Les votes sont ouverts ! | Date limite : 04/11

Activité récente
Actualités
Better Start Running  | Chad Faust - Sortie

Better Start Running | Chad Faust - Sortie
Le film Better Start Running (anciennement Monumental) réalisé par Brett Simon est sorti depuis le...

Megalyn Echikunwoke dans la presse

Megalyn Echikunwoke dans la presse
Le film Night School avec Megalyn Echikunwoke est sorti aux USA le 28 septembre et sortira chez nous...

Les sorties de Megalyn Echikunwoke

Les sorties de Megalyn Echikunwoke
Megalyn Echikunwoke s'est rendue à la première du film Night School. Cette première s'est tenue à...

Nouveau Design !

Nouveau Design !
Le quartier arbore un tout nouveau design. La bannière est signée Nuriko et Spyfafa a gentiment...

Les sorties de Mahershala Ali

Les sorties de Mahershala Ali
Mahershala Ali s'est rendu à l'évènement Stand Up To Cancer Marks 10 Years Of Impact In Cancer...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Partenaires premium
HypnoRooms

BenMason, Avant-hier à 11:01

Bonjour! N'hésitez pas à venir voter pour la meilleur création du concours spécial Halloween sur le quartier de Falling Skies!

quimper, Avant-hier à 23:36

Nouveau sondage sur le quartier Rizzoli & Isles. Pas besoin de connaître la série pour pouvoir voter. N'hésitez donc pas à participer

sossodu42, Hier à 09:43

nouveau sondage sur le quartier The Listener. Pas obliger de connaître pour voter. l'équipe vous attend

grims, Aujourd'hui à 07:05

Hello ! 2 nouvelles affiches promo de la saison 5B sont arrivées sur le quartier Vikings ainsi qu'un nouveau teaser ! venez les découvrir !

grims, Aujourd'hui à 07:37

Le quartier Sons of Anarchy vous propose de découvrir les déguisements de la série dans sa nouvelle photo de la quinzaine

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site